THE PHILIPPINES: ATTACKS AGAINST LAWYERS ESCALATING

Texte en français

17 September 2019

We, the undersigned organizations, lawyers, and members of the legal profession, express deep concern over the increasing attacks against lawyers in the Philippines and the oppressive working environment they face since the start of President Duterte’s administration. We call on the Duterte Government to adequately protect the safety and independence of lawyers and end the culture of impunity in which these attacks occur.

Extrajudicial killings and harassment of lawyers

Since President Duterte took office on June 30, 2016, the number and intensity of attacks against lawyers have increased significantly. At least 41 lawyers and prosecutors were killed between July 2016 and 5 September 2019, including 24 practicing lawyers. Lawyers are also harassed and intimidated. They are subjected to (death) threats, surveillance, labelling, and other forms of attacks. In addition, at least five judges and retired judges have been murdered since July 2016, bringing the total number of jurists extrajudicially killed in the Philippines to at least 46 in the same period. Eight jurists survived attacks on their life.

Lawyers at risk

Most killings and attacks of lawyers took place as a result of discharging professional duties or are believed to be otherwise work-related. Especially at risk are lawyers representing people accused of terrorist or drug related crimes, or government critics, such as journalists, political opposition leaders, and human rights defenders. Lawyers providing legal representation in high-profile cases impacting established interests, such as land reform, or lawyers taking part in public discussion about human rights issues, also face reprisals.

Grave implications of threats and labelling

United Nations High Commissioner for Human Rights, Michelle Bachelet, recently noted that senior officials of the Government of the Philippines have threatened lawyers and others who have spoken out against the administration’s policies, and she added that this “creates a very real risk of violence against them, and undermines rule of law, as well as the right to freedom expression”.

Prior to being attacked, some lawyers were labelled as “communist” or “terrorist” by state agents. The practice of labelling (i.e. classifying persons as “enemies of the state” or otherwise) combined with the culture of impunity was identified by national and international fact-finding missions as one of the main root causes of extrajudicial killings in the Philippines in the past and continues unabated.

Sharp deterioration of human rights

The attacks against lawyers, prosecutors and members of the judiciary and the extrajudicial killings of other human rights defenders in the Philippines during the past three years have occurred within the context of the so-called war on drugs and are being carried out across the country in an apparent climate of institutional impunity.

Concerned with the sharp deterioration of the human rights situation, eleven UN human rights experts, in a 7 June 2019 press release, called on the UN Human Rights Council to establish an independent investigation into human rights violations committed in the Philippines. “

Culture of Impunity

The UN experts also noted that “the Government has shown no indication that they will step up to fulfil their obligation to conduct prompt and full investigations into these cases, and to hold perpetrators accountable in order to do justice for victims and to prevent reoccurrence

Consequences

The attacks against and extra-judicial killings of lawyers and the impunity shielding perpetrators impair the ability of lawyers to provide effective legal representation, make lawyers increasingly wary of working on sensitive cases, and consequently severely undermine the proper functioning of the rule of law and the adequate protection of rights, including the right to remedies and fair trial.

International obligations

According to the United Nations Basic Principles on the Role of Lawyers (Basic Principles), States should ensure that all persons within their jurisdiction have effective and equal access to lawyers of their own choosing, and that lawyers are able to perform their professional functions without intimidation, hindrance, harassment or improper interference. The Basic Principles require that lawyers are adequately protected when their security is threatened because of carrying out their legitimate professional duties, and not be identified with their clients or their clients’ causes. The Basic Principles affirm that lawyers, like other citizens, are entitled to freedom of expression and assembly. The duty to respect and guarantee these freedoms forms an integral part of the Philippines’ international legal obligations under the International Covenant on Civil and Political Rights.

Recommendations

In view of the above, the undersigned organizations and individuals urge the Government of the Philippines to:

  1. Investigate promptly, effectively, thoroughly and independently all extrajudicial killings and attacks against lawyers, and other jurists, with the aim of identifying those responsible and bringing them to justice in proceedings that respect international fair trial standards;
  1. Take all reasonable measures to guarantee the safety and physical integrity of lawyers, including the provision of adequate protection measures, in consultation with the persons concerned;
  2. Consistently condemn all forms of threats and attacks against lawyers publicly, at all political levels and in strong terms; and,
  3. Fully comply with and create awareness about the core values underlying the legal profession, amongst others by bringing the UN Basic Principles on the Role of Lawyers to the attention of relevant stakeholders, especially members of the executive, police, and the military.

Download the press statement

PHILIPPINES: ESCALADE DES ATTAQUES CONTRE LES AVOCATS

17 Septembre 2019 –

Nous, les organisations, avocats et membres des professions juridiques soussignés, exprimons notre profonde préoccupation face aux attaques croissantes contre les avocats aux Philippines et à l’environnement de travail oppressif auquel ils sont confrontés depuis le début de l’administration du président Duterte. Nous appelons le gouvernement Duterte à protéger de manière adéquate la sécurité et l’indépendance des avocats et à mettre fin à la culture d’impunité dans laquelle ces attaques se produisent.

Assassinats extrajudiciaires et harcèlement d’avocats

Depuis l’entrée en fonction du président Duterte le 30 juin 2016, le nombre et l’intensité des attaques à l’encontre d’avocats ont considérablement augmenté. Au moins 40 avocats et procureurs ont été tués entre juillet 2016 et le 29 juillet 2019, dont 24 avocats en exercice. Les avocats sont également harcelés et intimidés. Ils sont soumis à des menaces (de mort), à une surveillance, à un étiquetage et à d’autres formes d’attaques. En outre, au moins cinq juges et juges à la retraite ont été assassinés depuis juillet 2016, ce qui porte le nombre total de professionnels du droit tués de manière extrajudiciaire aux Philippines à au moins 46 au cours de la même période. Sept juristes ont survécu à des attaques visant leur vie.

Les avocats en danger

La plupart des assassinats et des attaques contre les avocats ont eu lieu dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions professionnelles ou sont apparemment liés à leur profession. Les avocats représentant des personnes accusées de crimes liés au terrorisme ou à la drogue, ou critiquant la politique ou le comportement du gouvernement, tels que les journalistes, les dirigeants de l’opposition politique et les défenseurs des droits de l’homme sont particulièrement exposés. Les avocats assurant une représentation juridique dans des affaires très médiatisées ayant un impact sur des intérêts établis, tels que la réforme agraire, ou les avocats prenant part au débat public sur des questions relatives aux droits de l’homme, sont également victimes de représailles.

Graves implications des menaces et de l’étiquetage

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a récemment noté que de hauts responsables du gouvernement philippin avaient menacé des avocats et d’autres personnes qui s’étaient exprimés contre les politiques de l’administration. Elle a ajouté que cela “crée un risque très réel de violence contre eux et une atteinte à l’État de droit, ainsi qu’au droit à la liberté d’expression ».

Avant d’être agressés, certains avocats ont été qualifiés de « communistes » ou de
« terroristes » par des agents de l’État. La pratique de l’étiquetage (c’est-à-dire la classification des personnes comme « ennemi de l’État » ou similaire) combinée à la culture de l’impunité a été identifiée par les missions d’enquête nationales et internationales comme l’une des principales causes des exécutions extrajudiciaires perpétrées aux Philippines dans le passé et qui continue à exister sans relâche.

Forte détérioration des droits de l’homme

Les attaques contre des avocats, ainsi que des procureurs et des membres du système judiciaire, ainsi que l’assassinat extrajudiciaire d’autres défenseurs des droits de l’homme aux Philippines au cours des trois dernières années se sont déroulés dans le cadre de la

prétendue guerre contre la drogue lancée à travers le pays dans un climat apparent d’impunité institutionnelle.

Préoccupés par la forte détérioration de la situation des droits de l’homme, onze experts des droits de l’homme des Nations Unies ont, dans un communiqué de presse du 7 juin 2019, exhorté le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à ouvrir une enquête indépendante sur les violations des droits de l’homme commises aux Philippines. « Au lieu d’ [le gouvernement] envoyer un message fort que ces assassinats et ce harcèlement sont inacceptables, il y a une rhétorique croissante contre les voix indépendantes dans le pays et des actes d’intimidation et d’attaques continues contre des voix qui critiquent le gouvernement, y compris les médias indépendants, les défenseurs de droits de l’homme, avocats et journalistes “, ont déclaré les experts.

Culture de l’impunité

Les experts des Nations Unies ont également noté que « le gouvernement n’a montré aucun signe indiquant qu’il s’acquitterait de son obligation de mener rapidement des enquêtes approfondies sur ces affaires et de tenir les auteurs présumés responsables afin de rendre justice aux victimes et d’éviter que les violations ne se reproduisent. »

Conséquences

Les attaques et les exécutions extrajudiciaires d’avocats et l’impunité qui protège les auteurs compromettent la capacité des avocats de représenter efficacement leurs clients, ce qui rend les avocats moins enclins à travailler sur des affaires délicates et ce qui porte donc gravement atteinte au bon fonctionnement de l’État de droit, au respect du droit et à la protection adéquate des droits, y compris le droit à un recours et à un procès équitable.

Obligations internationales

Selon les Principes de base des Nations Unies relatifs au rôle du barreau (Principes de base), les États devraient veiller à ce que toutes les personnes relevant de leur juridiction aient un accès effectif et égal aux avocats de leur choix et à ce que ces derniers puissent exercer leurs fonctions professionnelles sans intimidation, entrave, harcèlement ou ingérence indue. Les Principes de base exigent que les avocats soient protégés de manière adéquate lorsque leur sécurité est menacée en raison de l’exercice de leurs obligations professionnelles légitimes, et ne soient pas identifiés à leurs clients ou aux causes de leurs clients. Les Principes de base affirment que les avocats, comme les autres citoyens, ont droit à la liberté d’expression et de réunion. L’obligation de respecter et de garantir ces libertés fait partie intégrante des obligations juridiques internationales des Philippines en vertu du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Recommandations

Au vu de ce qui précède, les organisations et personnes soussignées exhortent le gouvernement des Philippines à :

  • Enquêter rapidement, efficacement, de manière approfondie et indépendante sur tous les meurtres extrajudiciaires et les attaques contre des avocats et autres juristes, dans le but d’identifier les responsables et de les traduire en justice dans le cadre d’une procédure respectant les normes internationales en matière d’équité des procès.
  • Prendre toutes les mesures raisonnables pour garantir la sécurité et l’intégrité physique des avocats, y compris par la mise en place de mesures de protection appropriées, en consultation avec les personnes concernées.
  • Condamner systématiquement et publiquement toutes les formes de menaces et d’attaques dirigées contre les avocats, à tous les niveaux politiques et avec force, et
  • Respecter pleinement les valeurs fondamentales de la profession juridique et créer une sensibilisation, notamment en attirant l’attention des parties prenantes concernées, en particulier des membres de l’exécutif, de la police et de l’armée, sur les Principes de base des Nations Unies sur le rôle du barreau.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *